Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chacun ses jouets

Publié le par Isabelle95

Mes enfants ont beaucoup de jouets (trop ?) mais ils en veulent toujours de nouveaux (comme tous les enfants) et ils vont s'intéresser encore plus aux objets réservés aux adultes... Comme pour le dénoyauteur à cerises. Ma nouvelle acquisition. Du coup, hier soir, plus personne ne touche aux Duplo et on organise un atelier dénoyautage de cerises avec le nouveau "jouet" de maman. Et hop, je me lance dans la confiture de cerises !

(Attention tout de même, on récupère quelques noyaux dans les cerises... mais on s'est bien amusé!)

 

Chacun ses jouets
Chacun ses jouets

Partager cet article

Repost 0

Premier clafoutis

Publié le par Isabelle95

En fait, je n'aime pas trop le clafoutis à cause du goût de l'oeuf ou du lait ou des deux, bref, je n'aime pas trop en général, surtout si c'est à moitié cuit. Mais là... Il fallait essayer la recette de Bernard et on avait sous la main de très belles cerises charnues et rouges. Pour les 350 ml de crème fraîche, j'avoue que j'ai diminué un peu la dose et complété avec de la crème d'avoine. Il n'y a que 2 oeufs dans la recette et ça me convient très bien.

Le résultat était délicieux. Les cerises étaient tièdes et fondantes. Le goût de l'amande était dominant sur le reste. A refaire !

Et pour les photos, je ne sais plus les insérer dans le corps du texte, depuis la mise à jour d'Overblog. J'ai regardé le tuto dans tous les sens. Mais c'est du Chinois pour moi. (Au fait, je me suis offert la location du film Casse-tête chinois sur I-Tunes, la suite et re-suite de L'Auberge Espagnole avec Romain Duris et Audrey Tautou, pas mal mais "c'est compliqué" comme dirait le héros !)

 

Premier clafoutis
Premier clafoutis

Partager cet article

Repost 0

Vin de Noix de la Saint-Jean

Publié le par Isabelle95

C'est mon ami C, qui vient du Pas-de-Calais, qui m'a fait goûter ce vin de noix en apéritif. Tellement délicieux que je lui ai immédiatement demandé la recette. Ce n'est pas la première année que j'en fais mais je ne sais plus si j'ai mis la recette sur le blog.

Contrairement au vin d'orange ou au limoncello, le vin de noix ne se fait pas quand on veut, il faut cueillir des noix encore vertes entre la St Jean (24 juin) et le 14 juillet. Ensuite, il faut attendre Noël pour le déguster. Si le vin a "fait ses Pâques", il est encore meilleur et bien sûr, vous pouvez l'oublier quelques années dans votre cave sans aucun problème, bien au contraire !

Sur internet, les recettes sont variées avec un ajout d'épices (cannelle, macis, vanille par ex) mais je préfère m'en tenir à la recette originale de C.

Pour 10 litres de vin rouge, 30 à 35 noix, 2 kg de sucre et 2 litres d'eau de vie.

Il faut écraser les noix encore vertes, cueillies avant la Saint Jean (21 juin) ou le 14 juillet (dans le Nord).

Mettre tous les ingédients dans une dame-jeanne ou un gros bocal. Agiter une fois par semaine jusqu'à la dissolution complète du sucre. A Noël, filtrer le vin avant de le mettre en bouteilles. 

Ne vous inquiétez pas des quantités, on peut les diviser par deux si on n'a pas à sa disposition une dame-jeanne de 15 litres. J'ai regardé sur le Bon Coin pour m'en acheter une, il faut compter 30 euros minimum pour en trouver une en bon état, mais je ne suis pas sûre que ce soit mieux que mes bocaux de 4 litres, car le goulot de la dame-jeanne est fin et ce sera plus compliqué de la vider. Et tellement lourde, je serai capable de la lâcher dans l'escalier et alors... adieu mon apéritif !

 

Vin de Noix de la Saint-Jean
Vin de Noix de la Saint-Jean
Vin de Noix de la Saint-Jean

Notre D-Day

Publié le par Isabelle95

A l'occasion d'une cérémonie dans la famille de l'HDMV, à Caen, ce dimanche, nous avons opté pour un départ anticipé de 24h afin de visiter les plages du Débarquement, quoi de mieux en cet anniversaire des 70 ans du D-Day ? Et pourquoi pas aussi le Mémorial de Caen puisque notre hôtel était en face ?

On a décidé de partir "tôt" le samedi matin afin de voyager à la fraîche et de passer un maximum de temps à faire du tourisme. Sans compter le petit détour par N. pour prendre le frère de l'HDMV dans notre voiture. Mais un voyage culturel avec une famille nombreuse, un homme fâché avec le GPS, une femme hystérique quand le parcours du GPS n'est pas suivi à la lettre, quatre enfants très peu motivés (rappelez-vous Londres, ce qu'ils avaient préféré, c'était le Burgur King:-( et un tonton, ça donne une journée à la plage à pique-niquer et à faire des châteaux de sable.

Alors, pour un voyage culturel idéal, je recommande :

- du pain frais acheté à la boulangerie de Maison-la-forêt (avant de repasser à la maison chercher le téléphone du tonton sur internet alors qu'il était DEJA enregistré sur le téléphone portable) NO COMMENT.

- 1 pot de Nutella d'1 kg (on ne se refait pas).

- un petit-déjeuner sur l'A86 : rien de mieux pour comprendre comment les GI se restauraient dans leur tank.

- un arrêt à la plage de JUNO BEACH (je traduis pour les non-anglophones : Hermanville-sur-Mer).

- un débarquement du tank avec le bardas, les mitraillettes, les lance-roquettes et les fils barbelés. Donc, pour nous : le sac de serviettes + maillots, le sac de seaux et de pelles, le sacs de Crocs, les frites, le sac Picard avec les provisions de munitions et la crème solaire (= gilet pare-balles).

- un déploiement harmonieux sur Juno Beach ( à moins que ce ne soit Sword Beach ?!?), pas trop loin des toilettes publiques et de la poubelle, c'est-à-dire : 6 serviettes + un tapis de plage en paille de riz datant de Mathusalem (pensez-vous, l'HDMV l'a apporté en dot de son 9-3 natal en l'an 2001 et on se le trimballe tous les étés depuis), soit toute la flotte britannique étalée dans toute sa puissance.

- re-sandwiches avec, cette fois-ci, du pain acheté en pays normand, comme quoi, qui a dit que les américains ne s'étaient pas fondus dans le paysage local afin de s'intégrer ? A NOTER : le jambon et le Bousrin remplacent le Nutella.

- les soldats ont accepté BRA-VE-MENT de se passer de café pour ce déjeuner sur le pouce car l'heure était grave : déjà 1/3 de pertes dans le régiment (= traduction : un château de sable éboulé sous la marée montante et une princesse ensablée).

CONCLUSION : le 5ème régiment de la 3ème DB a réussi son entrée en Normandie et est arrivé fourbu à 18h à sa base dans les terres (=l'hôtel) afin de décrasser les uniformes (= tout le monde à la douche), réviser et astiquer le matériel (= regarder la télé) et reprendre des forces avant la marche sur Paris (= tous à la pizzeria).

Ci-dessous les illustrations de ce D-Day :

Photos7 8617

Les GI enfermés dans les barges, attendant l'approche du rivage.

Photos7 8624

Les GI déterrant les mines à mains nues.

Photos7 8640

Le régiment au complet devant la tombe du soldat ensablé.

Photos7 8641

Le commandement britannique, adossé au bunker, juste après l'assaut.

Photos7 8644

Le Général Eisenhower

Photos7 8638

Les GI les plus courageux furent récompensés pour avoir renforcé les tranchées

Photos7 8680

Les soldats endormis dans la carlingue, après 9 heures de combat harassant.

Photos7 8684

La Reine Elisabeth II (âgée de 18 ans au moment du D-Day) se remet de ce jour historique pour tout le peuple britannique

Overdose de fraises

Publié le par Isabelle95

Photos7-8615.JPGDepuis deux mois, je suis envahie deux fois par semaine par les fraises. Toujours grâce à un maraîcher qui me vend sa "casse" pour 2 ou 3 euros (pour 6 cageots remplis environ). Je n'avais jamais vu autant de fraises de ma vie. Et ce n'est pas spécialement désagréable ! On en mange en dessert (parfois avec de la Chantilly), en glace (merci le Thermomix) et aussi en confitures. Je ne parle même pas des abricots (5 kg la dernière fois), des framboises, des cerises, des fruits de la passion, kiwis, etc.

Photos7 8127

La confiture, c'est un vrai petit boulot !!

Photos7 8612

The king and I au théâtre du Châtelet

Publié le par Isabelle95

9.jpgQuand Lutin1 était un petit bébé, sa maman était une parisienne sacrément chanceuse car elle avait pris un congé sans solde pour s'occuper de lui. Lutin1 ne s'en souvient plus et c'est bien dommage car il a souvent tendance à penser que je le fais passer en dernier ou que "comme par hasard" c'est encore lui qui doit mettre le couvert. S'il savait !

J'étais parisienne.

J'avais un porte-bébé.

J'allaitais mon bébé.

Je me baladais avec lui partout en prenant le métro, sans m'encombrer avec un gros sac à langer, et c'était top !!! (voir des copines, faire des courses, aller au parc)

Pour être décontractée au premier enfant, je conseille toujours (12 ans plus tard) d'assister à une réunion de la Leche League pour comprendre que l'allaitement est un truc hyper simple et pratique et que ça vaut le coup !

Donc, c'est à une réunion de LLL que j'ai fait la connaissance de Rebecca Young (photographe de son métier, dont j'ai déjà parlé plusieurs fois sur le blog).

Elle avait aussi un bébé et elle habitait à deux rues de chez moi. On est vite devenues amies.

Rapahel.jpg12 ans plus tard, elle nous invite à venir voir la comédie musicale THE KING AND I au théâtre du Châtelet car son fils y tient le rôle de l'enfant d'Anna, l'institutrice britannique qui éduque les nombreux enfants du roi de Siam (je ne peux rien dire encore sur le spectacle car on y va le vendredi 27 juin).

C'est une histoire vraie, celle d'Anna Leonowens, et peut-être aviez-vous vu le film avec Yul Brunner ou même la série (j'adorais quand j'étais gosse) ???

En plus, il y a Lambert Wilson qui joue le rôle le roi et je suis fan (depuis que je l'avais vu aux Bouffes du Nord dans Ruy Blas, j'étais ado, et je vous dis pas la déception quand j'ai appris plus tard qu'il était à voile et à vapeur....)

Photo 1 Rebecca Young (Zabou et Lutin2 au Cafézoïde (Paris19) pendant une séance de portage pour l'association Peau à Peau)

Photo 2 : Théâtre du Châtelet, Anna Leonowens et son fils

Mon nouveau dada : l'aquabike

Publié le par Isabelle95

Comme c'est dur de se rendre compte qu'on est complètement OUT parce qu'on habite en banlieue (eh oui, 7 ans après, je regrette encore Paris), qu'on n'a pas de collègues de travail et qu'on est plus préoccupé par sa famille que par son propre corps (il a morflé le pauvre).

Après avoir lu un article dans Grazia (merci Caroline la Cousine pour cette haute littérature), j'ai décidé de chercher un cours d'aquabike près de chez moi. Cela m'a pris environ 7 semaines alors qu'il suffisait de taper le numéro de mon département à côté du mot magique (13 secondes en tout sur Google).

J'ai commencé hier et je continue demain et je suis même retournée aujourd'hui à la même piscine pour présenter mes enfants à la coach (juré c'est vrai). La piscine est assez chère : 25 euros pour nous 4 cet après-midi (heureusement que Lutin2 était en sortie scolaire) mais le cours est paraît-il D-O-N-N-E (13 euros les 45 minutes) selon mes copines parisiennes célibataires, qui ELLES sont tout à fait IN.

Quand j'ai raconté ça à mes Lutins, ils m'ont répondu que Mamie avait une boutique d'aquabiking au bout de sa rue depuis 5 ans.... Je crois que quand je vais chez ma mère, je ne dois pas avoir les bonnes lunettes ! (ou alors, je suis obnubilée par la carte de parcmètre)

Donc si je fais 2 fois par semaine de l'aquabike + quelques longueurs + 1h de marche en forêt = cela fait 3h de sport hebdomadaire. Comme au collège.

Je me souviens qu'au collège on faisait "le tour du lac" avec la prof de sport : cela serait complètement interdit aujourd'hui. Elle nous laissait (une classe de 30 filles) courir autour du lac du Bois de Boulogne, chaucne à notre rythme (moi j'étais à pied au bout de 300 mètres), et pendant ce temps, elle restait assise sur un banc à jouer avec son chrono !!! Etant toujours à la traîne, j'avais le temps de regarder à loisir la population du Bois et j'ai pu apprendre plein de choses passionnantes (humpf)(genre : un mec entrain de se masturber dans sa voiture par ex). Je ne sais pas si les profs se rendaient compte à quel point c'était pas net.... En tout cas, on a continué à le faire jusqu'en Terminale....

 

Publié dans textes libres

Partager cet article

Repost 0

Privilégiés

Publié le par Isabelle95

Pendant que Maison-la-forêt se faisait dévastée par des grêlons gros comme des citrons (le voisin les a mis au congélateur pour nous les montrer !), nous étions tranquillement à 80 km de là entrain de rôtir sur nos transats dans la maison de campagne de mon père. Bon, il y a quand même eu un orage le soir avec beaucoup d'éclairs mais aucune grêle. J'ai découvert ce matin les pare-brises fissurés avec les impacts des grêlons sur pas mal de voitures de notre rue. L'HDMV a dû changer quelques tuiles aussi dès hier soir sur une partie de notre toit atteignable. Pour le reste, il faudra faire appel à un couvreur.

Je vous laisse découvrir les photos prises hier par mon amie Pia, vous pouvez la suivre sur Instagram. Demandez-moi son adresse dans les commentaires.

photo 1 (2)photo 2 (2)photo 3 (1)photo 4 (1)photo 4-copie-1

Lasagnes aux poireaux

Publié le par Isabelle95

Photos7-8561.JPGOù comment se débarrasser d'un vieux paquet de feuilles de lasagnes....périmé en août 2011 (la honte) (j'ai regardé la date après avoir enfourné le plat : trop tard...)*

On est encore vivant ! 

J'ai vraiment eu la flemme de cuire les poireaux à part avant, donc, j'ai tenté de les mettre crus en pensant que l'eau qu'ils rendraient serait bénéfique pour les lasagnes : bingo ! Une recette savoureuse, originale et végétarienne.

Ingrédients :

- 5  poireaux lavés et coupés en tronçons d'un cm

- béchamel faite avec 1l de lait (presque 1,5 litre en tout)(bcp de muscade et de poivre)

- parmesan

- des feuilles de lasagnes (selon la taille du plat, il faut 3 couches)

- huile d'olive (facultatif)

Recette :

- huiler un plat à gratin et poser la 1ère couche de feuilles de lasagnes

- mettre la moitié des poireaux (saler) et 1/3 de la béchamel

- mettre la 2ème couche de lasagnes (tasser un peu les poireaux crus)

- mettre la 2ème moitié des poireaux (saler) et 1/3 de béchamel

- 3ème couche de lasagnes (tasser)

- le dernier tiers de béchamel, saupoudrer de parmesan, un peu d'huile d'olive si vous voulez

- mettre au four à 180°C pendant 45 minutes

C'est prêt !

 

* Je suis toujours entrain de vider le placard à épicerie, objectif à atteindre avant le départ en vacances. On y est presque !

C'est trop mignon

Publié le par Isabelle95

P1130258.JPG

Princesse1 et moi sur le chemin du retour de l'école à 16h30 :

 

Maman : Elle est revenue ta copine Sasha ?

Princesse1 : Oui, en fait, elle était en vacances.

Maman : Elle est allée où ?

Princesse1 : Je ne sais pas, mais elle a rapporté des coquillages.

Maman : Elle est allée au bord de la mer alors ?

Princesse1 : Oui ! Elle est allée à Chamallow ! 

 

 

(il fallait entendre Saint Malo)

(merci Mamie pour la photo de notre acrobate préférée)

 

 

 

1 2 > >>